Émission matinale de Maître Bergel Jacqueline sur C News du 10 août 2017 concernant la demande du retrait de l’adjuvant aluminique dans les vaccins

Visionner l’émission en cliquant ICI


3ème combat
La décision du 8 février 2017 du conseil d’État qui a enjoint la ministre de la SANTÉ à mettre sur le marché le D.T. polio seul doit être exécutée.


Bonjour Cher Monsieur et/ou Chère Madame,

Vous m’avez fait confiance en me mandatant pour obtenir la mise sur le marché du vaccin D.T. polio seul.

Le Conseil d’État par sa décision du 8 février 2017 a fait injonction à la ministre de la santé d’avoir à obliger les laboratoires à le faire dans un délai de six mois à compter de la décision qui a été rendue au nom des 2500 personnes qui m’ont mandatées et dont vous faites partie.

À ce jour il n’en est rien.
Le délai devait expirer le 9 août 2017, nous sommes début septembre 2017.

Pour toute réponse la ministre de la santé use de son pouvoir pour rendre 11 vaccins obligatoires.

Or aujourd’hui, pour le moment, seul le D.T. polio est obligatoire.

Je vous propose la possibilité de revenir devant le Conseil d’État sous forme d’une requête en demandant l’exécution de la décision sous forme d’une astreinte de 15€ par jour de retard et par personne.

Si vous souhaitez entrer dans cette nouvelle action en justice, je vous remercie de remplir le mandat en cliquant ICI.

Les risques sont liés à l’aléa d’un procès, à savoir être débouté mais une condamnation est fort improbable.

En effet, il est tout à fait légitime de demander l’exécution d’une décision qui vous est favorable.

Je suis dans l’attente de vous lire à ce sujet.

Je ne manquerai pas de vous donner de l’information sur mon site ou celui de l’IPSN ou celui du professeur Joyeux concernant l’évolution de cette nouvelle action.

Encore une fois, je vous remercie de votre soutien et de votre confiance que j’espère mener à bonne fin.

Bien sincèrement à vous.
Jacqueline Bergel-Hatchuel

Avocate à la Cour


 La décision du conseil d’État du 8 février 2017 doit trouver application même si un projet de 11 vaccins obligatoires est dans les tuyaux de la MINISTRE DE LA SANTÉ !!!

Lettre au Premier Ministre en cliquant ICI

Lettre à Madame Buzyn, actuelle Ministre
de la Santé en cliquant ICI


 2ème combat
Retrait de l’adjuvant
aluminique dans les vaccins
notamment le DTP
(Diphtérie Tétanos Polio)

Je me dois de vous faire savoir que nous mettons en place une deuxième action avec l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN) contre la PRESENCE DE L’ADJUVANT Aluminique dans les vaccins notamment le DT polio.

En effet, même si la ministre de la santé « réfléchit » à une nouvelle politique dans le domaine de la santé qui consisterait à vouloir rendre 11 vaccins obligatoires, il n’en demeure pas moins que ces vaccins, pour le moment, contiennent de l’aluminium.

Le fondement de la requête devant le Conseil d’Etat contre le ministère de la santé prend appui sur les études qui ont été faites sur la nocivité de l’aluminium qui ne peut pas s’éliminer dans le sang.

En effet, l’adjuvant à base de sels d’aluminium qui est inoculé dans les vaccins aux jeunes enfants ne peut pas être totalement éliminé et malheureusement risque d’entraîner des complications dont notamment la myofasciite à macrophages qui est très bien décrite par le Professeur Romain GHERARDI dans son livre «Toxic Story».

De plus, des scientifiques de renom international comme Pr Chris EXLEY, Yehuda SHOENFELD avec les Pr GHERARDI et AUTHIER notamment, ont récemment démontré la dangerosité de l’aluminium , qui n’est pas évacué naturellement comme certains l’affirmaient jusque-là.

1-La reconnaissance récente par la jurisprudence du lien de causalité entre la vaccination avec adjuvant aluminique et myofasciite à macrophages d’une part et troubles neurologiques d’autre part
2- L’abandon des adjuvants aluminiques destinés aux animaux
3- L’abandon de l’aluminium dans certains produits cosmétiques
4- L’extension du champ d’application du principe de précaution
5- L’obligation des autorités sanitaires de prendre des mesures face au danger de l’aluminium et au risque de développement

Ces 5 points seront développés dans la requête devant le Conseil d’Etat.

En conséquence, nous demandons le retrait de l’aluminium dans les vaccins et plus particulièrement dans le DT Polio qui devrait être remis sur le marché seul conformément à la décision du Conseil d’Etat du 8 février 2017.

D’autant plus qu’il existe une possibilité de remplacer l’adjuvant aluminium par du phosphate de calcium qui est sans danger.

Si vous souhaitez vous joindre à cette action, vous pouvez le faire.
Les personnes concernées sont les suivantes :

1/ Celles qui souhaiteraient faire vacciner leurs enfants ou elles mêmes avec le seul vaccin obligatoire le DTP, mais sans aluminium.

2/ Celles qui ont déjà subi les méfaits de l’aluminium qui a peut être entraîné des effets secondaires handicapants comme la myofasciite à macrophages, le syndrome de fatigue chronique, la fibromyalgie, le syndrome ASIA (syndrome auto-immunitaire inflammatoire induit par les adjuvants )  ou toute autre pathologie induite par ces adjuvants .

3/ bien entendu les personnes qui souhaitent soutenir ce combat  et qui veulent se joindre à la procédure pour cette action groupée en justice.

Si vous voulez vous joindre à cette action en justice qui va être menée à ce sujet à l’encontre du ministère de la Santé devant le Conseil d’Etat, vous pouvez remplir le formulaire ci-joint correspondant au mandant pour agir en justice aux côtés de l’IPSN en cliquant ICI.

Je vous remercie encore une fois de la confiance que vous me témoignez et que j’espère mener à bonne fin. Et je suis très touchée par tous les encouragements que vous m’adressez.

Bien sincèrement à vous.
Jacqueline Bergel-Hatchuel

Avocate à la Cour

   ♦♦♦♦♦♦
♦♦♦♦
♦♦♦

Exécution de la décision du
Conseil d’Etat du 8 février 2017

Mes Chers amies (is)

Nous sommes en avril 2017 et la décision du Conseil d’Etat qui a été gagnée et que vous connaissez a été rendue le 8 février 2017.

Consulter la décision en cliquant ICI

Cette décision doit être exécutée.

Pour ce faire, le Conseil d’Etat a décidé de faire injonction à la ministre de la santé de prendre des mesures en saisissant les autorités compétentes pour permettre la disponibilité du vaccin DT polio seul.

Le ministère de la santé a un délai de 6 mois à compter de la notification de la décision qui expirera donc le 15 août 2017.

A ce jour, c’est le silence radio…

Mais vous me connaissez maintenant, je suis tenace et j’ai pris contact avec les organismes compétents, notamment, l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé) sous forme d’un courrier officiel d’avoir à me faire savoir :
« si madame la ministre de la santé bien pris attache avec cette agence afin de procéder notamment à l’acquisition, la fabrication, l’importation et la distribution du vaccin dtpolio seul ».

Cette demande date du 27 mars 2017, L’ANSM m’a répondu.

J’ai obtenu une réponse dès le lendemain sur mon mail par la directrice de l’agence pour me faire savoir que j’aurai une réponse très prochainement…

A ce jour il en est rien.

C’est pourquoi si cette position perdure, je serai en mesure à partir du 15 août 2017 de revenir devant le Conseil d’Etat sous forme d’une requête afin de demander de contraindre le ministère de la santé d’avoir à exécuter la décision sous astreinte.

Je ne manquerai pas de revenir vers vous pour vous faire savoir la suite qui en résultera dès que j’aurai du nouveau.

♦♦♦♦♦♦♦♦♦
♦♦♦♦♦♦
♦♦♦

Mes Chers amies (is)

C’est avec beaucoup d’émotion que je vous adresse la décision qui a été rendue par le Conseil d’État aujourd’hui 8 février 2017.

Consulter la décision en cliquant ICI

Grâce à votre confiance et votre soutien j’ai pu mener à bien ce combat et la décision du CONSEIL d’État couronne de succès ce procès.

Mais aussitôt la réplique est venue en précisant que 15 vaccins risquent de devenir obligatoire.

Je vous rassure, pour devenir obligatoire une loi doit être votée cela peut prendre du temps (Vote à l’assemblée nationale, Sénat, promulgation).

Entre temps, J’espère que le ministère de la santé respectera la décision en permettant à toutes les mamans de pouvoir se procurer le D.T. polio dans toutes les pharmacies de France sans les autres vaccins.

Une première étape est franchie mais le combat continue et j’aurai l’occasion de m’exprimer sur ce point.

Pour le moment, nous pouvons savourer cette victoire et j’ai le sentiment d’avoir fait œuvre utile pour nos bébés !!!

Bien sincèrement à vous.

Jacqueline Bergel-Hatchuel
Avocate à la Cour

A consulter :


Chers amis

J’ai l’immense  plaisir de vous adresser cet article paru dans le MONDE  qui résume très bien la position du rapporteur public à l’audience qui s’est tenue au conseil d’État ce 16 janvier 2017 dans notre procès : cliquez ICI.

Une Première étape est gagnée!

La décision devrait intervenir fin janvier bien entendu je ne manquerai pas de vous la communiquer.

Je profite de la présente pour  vous remercier pour le soutien  que vous m’apportez régulièrement dans ce combat et de la confiance que vous me témoignez.

Recevez mes sentiments les meilleurs

Jacqueline Bergel-Hatchuel
Avocate à la Cour


 Enfin ! Enfin ! Enfin !

Une audience est prévue devant la première première chambre du conseil d’État le 16 janvier 2017.


Dernière réponse de Maître Jacqueline Bergel-Hatchuel
à Madame la Ministre de la santé devant le conseil d’État

Cliquer ICI pour lire la réponse


La réponse de la Ministre de la santé à la requête.

Nous avons jusqu’au 19 septembre 2016 pour y répliquer ce que je ne vais pas manquer de faire. Vous pourrez constater qu’elle se déclare incompétente pour agir ! Cliquez ICI pour lire la lettre.

Recevez mes sentiments dévoués et cordiaux.

Jacqueline Bergel-Hatchuel
Avocate à la Cour


La force d’inertie de la ministre de la santé


Dernière information de juin 2016

Bonjour à tous.

Par la Présente ,je tiens à vous informer  sur l’ action judiciaire en cours contre Madame Marisol Touraine, ministre de la santé devant le conseil d’État.

À ce jour, alors qu’elle aurait dû répondre au mémoire depuis maintenant plus de trois mois suite à la mise  en demeure qui  lui avait été faite et qui expirait le 12 juin 2016, Madame la ministre a répondu par le silence …..,

J’ai écrit  au conseil d’État pour  faire part du  mécontentement et lui demander  qu’il fasse respecter ces délais.

En effet, la requête que j’ai déposée pour les 2500 requérants qui sont pour la plupart des parents, médecins ou personne appartenant au corps médical pose une question très simple à Madame la ministre :

Comment faire pour respecter l’obligation vaccinale du DTPOLIO trivalent sans aluminium,3 vaccins, quand les pharmacies aujourd’hui, ne vendent pas ce vaccin seul mais un hexavalent  donc 6 vaccins dont 3 obligatoires mais  avec celui contre l’hépatite B, et qui contient de l’aluminium ?

En ne répondant pas par un mémoire en réponse , tout d’abord  elle ignore  la demande des 2500 personnes que je représente et qui font appel à la justice, ainsi que 1 500 000  qui ont signé la pétition!

D’autres part, tout en reconnaissant par un communiqué de presse que la prétendue rupture de stock des laboratoires est : « INECCEPTABLE ET INTOLÉRABLE » par son silence, elle  cautionne donc ces laboratoires.

Le CONSEIL D’ETAT vient de me faire savoir qu’elle lui accorde un ultime délai qui expirera le 30 juin 2016. Il m’a fait savoir aussi qu’un rapporteur était nommé. Il faut espérer que ce délai sera respecté.

Je vous tiendrai aussitôt au courant du suivi.

Je remercie à nouveau les personnes qui me font confiance et qui s’arment de patience sachant que la patience en la matière a des limites!

Votre bien cordialement dévouée.

Jacqueline Bergel-Hatchuel
Avocate à la Cour


Informations concernant la procédure du mois de mai 2016

Ainsi que je vous l’avais fait savoir précédemment, la Ministre de la santé a reçu la requête que j’ai déposée au nom des 2500 requérants devant le Conseil d’État. Cette requête a été enregistrée le 5 janvier 2016. Le magistrat chargé de la procédure du Conseil d’État a donné un délai de deux mois au Ministère de la santé et des affaires sociales pour y répondre. L’expiration du délai était donc prévu pour le le 7 mai 2016 en comptant les jours fériés.

À ce jour, je n’ai pas été destinataire de la réponse de la ministre qui devrait se traduire par un mémoire en réponse qu’elle devait déposer devant le Conseil d’État. J’ai donc écrit, le 10 mai 2016 au conseil d’État, pour demander qu’un nouveau délai lui soit accordé mais cette fois-ci sous forme d’une injonction d’avoir à le faire.

Je ne manquerai pas de vous faire connaitre la réponse que j’aurai obtenue, je l’espère, sur ce point. Entre-temps, le 12 février 2016 j’avais été destinataire à titre personnel et représentant les 2500 requérants, d’un courrier qui était une réponse qui n’avait pas la valeur juridique de mémoire puisqu’il s’agissait essentiellement d’un courrier postal, alors que le mémoire est un acte de procédure qui doit être déposé devant le Conseil d’État.

Vous pourrez trouver ci-joint la teneur de cette réponse (en cliquant ICI) qui est très ambigüe et surtout qui prétend que nous pouvons trouver le D.T. polio si on le demande mais seulement dans le cas où il y a une contre-indication en ce qui concerne la coqueluche.

C’est ce fameux « kit gratuit « qui n’est pas disponible pour tout le monde en pharmacie ainsi que nous le demandons dans la requête et sans aluminium !

Cela crée un déséquilibre du droit fondamental de l’égalité de tous devant la santé.

Je ne manquerai pas de vous tenir au courant du suivi dès que j’aurai reçu le mémoire en réponse.

Dernières nouvelles : la ministre a reçu de la part du Conseil d’État une mise en demeure d’avoir à répondre à la requête et de produire ses observations dans un délai d’un mois qui devrait expirer le 12 juin 2016.

Bien cordialement dévouée

Jacqueline Bergel-Hatchuel
Avocate à la Cour


Réponse tardive de Madame la ministre. Nous attendons la réponse officielle prévue pour le 12 mai 2016, délai imparti par le conseil d’État.


Infos sur la procédure pour la mise en vente du vaccin du nourrisson : DT polio sans adjuvant et sans aluminium mars 2016

Bonjour Mesdames et messieurs,

Comme je vous l’avais promis je me dois de vous informer au fur et à mesure de l’avancement de la procédure en cours :

Après la réception de vos mandats, j’ai adressé à Madame la ministre de la santé Marisol Touraine une demande préalable en date du 5 novembre 2015. Le 13 novembre 2015 cette lettre ,qui est qualifiée juridiquement , de recours gracieux a été réceptionnée par ses services du ministère de la santé. Madame la ministre avait 2 mois pour y répondre. Avec les jours fériés elle pouvait répondre jusqu’au 15 janvier 2016. Comme je ne recevais pas de réponse, j’ai pris contact avec plusieurs assistants du ministère de la santé et ce à plusieurs reprises.

Dans un premier temps , on m’a fait savoir que l’on ne retrouvait plus de dossier. J’ai fait part de mon étonnement car c’est moi-même qui avait porté à la poste centrale du Louvre les états civils des 2267 pour être précis, avec la liste des requérants jointe à la demande préalable. Le paquet à lui tout seul mesurait 50 cm.! Après plusieurs tentatives ,j’ai enfin reçu une réponse qui me demandait de patienter avant d’introduire une autre action. Le dit courrier date du mois de janvier 2016. Courant février 2016 j’ai reçu une autre réponse du directeur de la santé qui m’a fait savoir personnellement que la lettre était signée et que j’allais la recevoir dans un très court terme.

N’ayant rien reçu, j’ai donc pris la décision avec Monsieur AUGUSTIN DE LIVOIS président de l’IPSM, qui fait partie des requérants,de déposer la requête qui est un recours pour excès de pouvoir devant le Conseil d’État. Ce recours pour excès de pouvoir est rédigé à l’encontre de la décision de rejet de Madame la ministre. En effet, sa non-réponse ,son silence donc vaut décision implicite de rejet. Je me devais de vous donner toutes ces explications en vous précisant que ce recours pour excès de pouvoir a été déposé le 15 février 2016 devant le Conseil d’État. Madame la ministre a maintenant l’obligation d’y répondre puisque le conseil d’État va lui donner injonction d’avoir à le faire, sous forme d’un mémoire en réponse dont je ne manquerai pas de vous en donner la teneur.

Vous pouvez regarder mon site avocat–bergel.com où vous pourrez, si vous le souhaitez, prendre connaissance de ma vidéo qui est une interview où je donne très précisément le contenu de ce recours.

Je vous remercie encore de la confiance que vous m’avez témoignée et des petits mots d’encouragement qui me font très plaisir car devant ces forces d’inertie j’en ai bien besoin.

Mais n’oublions pas l’union fait aussi la force.

Recevez mes sentiments dévoués

Jacqueline Bergel-Hatchuel
Avocate à la Cour


Pénurie de vaccins DTP
Maître Bergel-Hatchuel :
« Je saisis le Conseil d’État »

Information de dernière minute sur la procédure

La ministre de la santé avait jusqu’au 15 janvier 2016 pour répondre à la demande préalable que j’avais adressée en votre nom.

Je viens de recevoir une réponse du secrétariat général de la direction de la santé qui me fait savoir que je vais recevoir une « réponse express » dans un délai très court.

Ce courrier officiel date du 12 janvier 2016.

Des réception je ne manquerai pas de vous tenir au courant du suivi.

Recevez mes sentiments dévoués
Jacqueline Bergel – Hatchuel


Vous êtes 2500 à avoir répondu
pour l’action en justice dans le dossier
concernant le vaccin DT POLIO

Maître Bergel fait le point sur la procédure
mise en place sur le vaccin DT polio

****************************************

Vous qui vous êtes joint à la procédure ce courrier vous concerne :

Chère madame et Cher monsieur.

Vous avez été nombreux 2500, à me mandater pour agir en justice aux côtés de l’IPSN afin de tenter d’obtenir que le vaccin trivalent, le D.T. polio puisse être remis sur le marché sans adjuvant et sans aluminium.

J’ai déposé la demande préalable devant Madame la ministre Marisol Touraine. Un premier envoi a été fait le 5 novembre 2015. Elle a deux mois pour répondre.

Si dans ces deux mois c’est-à-dire jusqu’au 5 janvier 2016, elle ne répond pas, ce silence vaut décision implicite de rejet.

Je déposerai donc à ce moment-là une requête contre la ministre sur cette décision devant le conseil d’État.

Si entre-temps, bien entendu, nous avons une réponse je ne manquerai pas de vous la faire connaître.

Vous êtes nombreux à m’avoir fait confiance et je vous en remercie vivement.

Si vous voulez avoir de l’information, je vous remercie de vous mettre en contact avec le site de l’IPSN et/ou le mien nous vous en donnerons aux fure et à mesure.

Je profite de la présente pour vous souhaiter à tous et à toutes le meilleur, la joie et surtout la santé pour vous et votre famille

Votre bien dévouée.
Jacqueline Bergel – Hatchuel


Flyer et mandat DTP IPSN
AFFAIRE DTP

Plus de 750 0000 citoyens ont signé, en quelques mois à peine, la pétition lancée par l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle et le Professeur Henri Joyeux demandant le retour d’un Vaccin DTP classique sans aluminium ni maladies supplémentaires.

Ainsi, contrairement à l’interprétation qui a été faite par certains médias et celle que laisse supposer Madame la Ministre dans sa réponse sibylline notre action n’est pas dirigée contre la vaccination de manière générale.

En 2015 en France, il est obligatoire de se vacciner contre trois maladies : la Diphtérie, le Tétanos et la Poliomyélite.
Or, les deux seuls vaccins encore disponibles sur le marché depuis le début de l’année 2015 sont des hexavalents (six maladies) qui, outre les trois vaccins obligatoires, contiennent l’hépatite B, la coqueluche et l’influenza. En effet depuis 2008, l’administration a fait retirer le DTP classique du marché. Il a été remplacé par des vaccins tétravalents, pentavalents puis hexavalents. Seuls ces derniers sont encore disponibles sur le marché. Les autres sont en rupture de stock.

Les parents sont donc obligés d’ajouter à la vaccination obligatoire trois vaccins dont le vaccin contre l’hépatite B qui est particulièrement controversé au sein de la communauté scientifique. Par ailleurs, ce changement de situation a un coût : vacciner avec le DTP classique coûtait 7 euros tandis que les hexavalents coûtent plus de 40 euros.

Le but de notre pétition est donc d’obtenir de la part du Gouvernement et des laboratoires pharmaceutiques le retour de toute urgence d’un vaccin DTP classique sans aluminium.

Madame la Ministre en réaction à la pétition a estimé que « la vaccination n’est pas discutable ».

Et aucune réponse positive n’a été adressée aux citoyens inquiets de cette situation.

C’est pourquoi, l’Institut de la Protection de la Santé Naturelle a décidé de soutenir les citoyens souhaitant introduire une action en justice devant le Conseil d’Etat à l’encontre de Mme la Ministre de la Santé (Madame Marisol TOURAINE), et de l’ANSES, réunis en collectif.

Cette action en justice obligera Madame la Ministre à donner une réponse motivée ce qui nous permettra de répondre officiellement et de faire valoir devant la justice les arguments contenus dans la pétition.

Vous trouverez ci-après le mandat pour agir en justice remis et à remplir par ceux qui le demandent.

SUR LA REQUETE

Cette requête a pour but de démontrer :

Que la position prise par la mise en vente depuis 2014 de vaccins hexavalents est de vacciner les enfants avec un vaccin hexavalent DTPolio-Hib-Coqueluche-Hépatite B via les vaccins Infanrix Hexa® ou Hexyon®, les seuls qui ne souffrent d’aucune pénurie, ceci fait échec :

  • 1 – au principe de précaution ;
  • 2 – n’est rien d’autre qu’une vente liée ;
  • 3 – pourrait être assimilé à non assistance à personne en danger, voire nourrisson en danger.

En effet, le problème est que le vaccin INFANRIX HEXA et le vaccin HEXYON

– contiennent de l’aluminium et du formaldéhyde, deux substances dangereuses voire très dangereuses pour l’humain et en particulier pour le nourrisson, pouvant notamment provoquer une grave maladie, la myofasciite à macrophages.

– contiennent le vaccin de l’hépatite B soupçonné d’un lien avec la sclérose en plaque
– ce vaccin coûte 7 fois plus que le vaccin DTP classique retiré du marché en 2008.

En outre, vacciner les enfants contre pas moins de 6 maladies graves d’un coup est en soi un geste médical risqué qui peut déclencher une réaction immunitaire incontrôlée (choc anaphylactique), ainsi qu’augmenter le risque de maladie auto-immune sur le long terme.

Des centaines de milliers d’enfants sont concernés, et de nombreux accidents inutiles pourraient avoir lieu dans cette situation.

La requête a pour but de démontrer le lien de causalité entre le vaccin contre l’hépatite B et des symptômes de sclérose en plaque.

En effet, le risque de contraction de la sclérose en plaque existe et a été reconnu par la jurisprudence (cf notamment CAA de Nancy 14 mai 20012, 11NC00348, ou Cass. 1ère civ. 22 mai 2008 plusieurs arrêts).

Le vaccin hexavalent est plus cher que toute formule limitée aux seuls vaccins obligatoires, ce qui constitue une charge publique sans fondement juridique.

Il y a par ailleurs une forme de « vente liée » et forcée puisque quiconque voulant se limiter aux seuls vaccins obligatoires ne peut y procéder sans se faire vacciner en plus, mais contre son gré, et contre des maladies supplémentaires dont le vaccin n’est pas obligatoire.

Madame la Ministre ne respecte pas le principe de précaution dans la mesure où elle a connaissance des risques graves que peuvent entrainer des vaccins Infarix Hexa ou hexyon sur un nourrisson.
En effet, ce principe de précaution doit être impérativement respecté lorsque « le fait d’exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente » ainsi que le précise la loi (article 223-1 du code pénal).

Les nourrissons sont réellement en danger avec ce vaccin et on pourrait analyser l’absence de réaction de Madame la Ministre qui est parfaitement au courant de la situation, de non assistance à personne en danger et plus particulièrement en ce qui concerne les nourrissons.

LE BUT A ATTEINDRE

Le but de cette action est de tenter d’obliger Madame la Ministre à contraindre par tout moyen adéquat l’ensemble des laboratoires pharmaceutiques, et notamment GlaxoSmithKline, de fabriquer et de mettre en vente sur le marché en nombre suffisant des vaccins seulement trivalents sans adjuvant et notamment sans aluminium et correspondant aux seuls vaccins obligatoires.

Le but de cette action a également un intérêt fondamental qui est celui de pouvoir se faire communiquer toutes les pièces.

Si vous souhaitez vous joindre à cette action, qui est introduite devant le Conseil d’Etat, afin de donner du poids et une prise de conscience aux pouvoirs publics en place, vous pouvez remplir le bulletin pour agir en justice au côté du collectif de citoyens soutenus par l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle ci-dessous.

Compte tenu des délais impératifs de procédure ; ces mandats devront parvenir avant le 7 novembre 2015.

Si vous souhaitez imprimer le mandat cliquez : flyer et mandat vaccin DTP IPSN pour impression

Pour en savoir plus :
site de l’IPSN
site Santé Nature Innovation